Anjaliom | Blog

Sri K Pattabhi Jois et BKS Iyengar réunis

September 27, 2018

 
Légendes et legs : B.K.S. Iyengar et K. Pattabhi Jois

Traduction de la conversation par Sunaad Raghuram

Namarupa- Numéro 4

En 1934, K. Pattabhi Jois et B.K.S. Iyengar, les deux des jeunes hommes à l’époque, étaient étudiants du redoutable et bientôt légendaire Yogi T. Krishnamacharya.

 L'Inde était toujours sous le contrôle des Britanniques, et les Maharajas de l'Inde gardaient encore un pouvoir, quoique limité, en tant que chefs d'état. Leur gloire et leur faste étaient toujours présents et il gardaient en premier dans leur tête le souci de maintenir en avant les traditions de leur pays bien-aimé, cela d'autant plus important qu'ils étaient sous domination étrangère. Le Maharaja de Mysore, Krishnarajendra Wodeyar, particulièrement connu pour avoir conservé et archivé des textes traditionnels sanscrits, aimait beaucoup l'art traditionnel, la musique et le yoga. Les habitants de Mysore célébraient avec grandeur les importantes fêtes religieuses telles que Dusserah, vivaient dans une ville bien entretenue et propre et avaient généralement maintenu le style de vie et les traditions de l'Inde ancienne. Enveloppés dans cette atmosphère, les jeunes garçons apprirent le yoga auprès de Krishnamacharya, qui était lui-même sous le patronage du Maharaja. Alors que Pattabhi Jois était destiné à rester à Mysore, et que Krishnamacharya déménagea finalement à Madras en 1954, le jeune Sundaraja Iyengar fut envoyé à Pune, en Inde centrale, en 1934 avec peu ou pas de ressources autres que la recommandation de son guru de devenir enseignant. Il resta là-bas à enseigner et à pratiquer, tandis qu'à Mysore, Pattabhi Jois fréquentait l'Université Sanskrite, continuait sa pratique de yoga et obtenait finalement un poste d'enseignant à l'Université Sanskrit. Les deux frères gourous ne se sont pas revus avant 1940. Bien que les deux hommes se souviennent peu de cette réunion, ils se rappellent que c’était lors d’une des tournées de yoga de Krishnamcharya - le vénérable Yogi était venu à Pune avec Pattabhi Jois. à proximité de Swami Kuvalayananda et de son institut de yoga Kaivalyadhama. Les deux hommes sont restés chez Iyengar pendant une courte période.

 

Les années ont passé et après une première étincelle dans les années 1960 et 1970, la pratique du yoga s'est répandue dans le monde entier comme un incendie, après avoir été pratiquement hermétiquement fermée en Inde pendant des milliers d'années, mise à part le travail de diffusion des chercheurs tels que Mme Blavatsky, Vivekananda et d'autres. Les noms Pattabhi Jois et BKS Iyengar sont devenus familiers sur les lèvres de milliers de pratiquants de yoga, et pourtant les deux hommes n’avaient pas partagé qu’une tasse de café depuis 1940.

Et puis le 2005 est arrivée; soixante-cinq ans après leur dernière rencontre.- Pattabhi Jois venait de fêter son quatre-vingt-dixième anniversaire, Iyengar avait quatre-vingt-sept ans et il était temps que deux des yogis les plus influents de notre époque se retrouvent, mais d’abord, il fallu un appel téléphonique:

“Yaru yaru? (Qui est-ce)"

"Pattabhi, c’est Sundaraja!"

Ainsi commença la conversation précédant celle qui devait être une visite historique - deux hommes qui sont normalement impressionnants par leur qualité d’enseignants étaient si fraternels au téléphone, c’était attendrissant. Leur réunion (animée par Alexander Medlin, dont les interviews ont été incluses dans le dernier numéro de Namarupa et apparaissant également dans celui-ci) fut joyeuse sous tous les points de vue. M. Iyengar a conduit quatre heures vers le sud de Tumkur, où il était honoré dans le cadre d'un festival de yoga. Incapable d'assister à la célébration de l'anniversaire de Pattabhi Jois en raison de sa coïncidence avec Guru Purnima, le jour où tous les enseignants spirituels en Inde s'adressent généralement à leurs propres étudiants, la proximité de Tumkur a permis une visite rapide quelques jours après le quatre-vingt-dixième anniversaire de Patthabi Jois. Accompagné d'un groupe de six étudiants et de son secrétaire Raghu, M. Iyengar est arrivé vers 13 heures à Gokulam. Il y avait des sourires tout autour alors que les deux grands maîtres s’embrassaient et entamaient une série de conversations à Kannada. L'un des étudiants d'Iyengar, originaire du Karnataka, a déclaré: «Guruji dit toujours qu'il ne connaît pas très bien Kannada, mais regarde-le maintenant, comment il est bien avec toi! Le café a été offert à toutes les personnes présentes et, après un certain temps, tous ont été transférés dans la salle adjacente et les deux hommes ont partagé leur premier repas ensemble depuis 1940. La fille de Pattabhi Jois, Saraswati, s’était assurée que seuls les plats les plus spéciaux furent préparés. Après le repas, le petit-fils de Pattabhi Jois, Sharath, co-directeur du Ashtanga Yoga Research Institute, invita tout le monde en bas pour un tour dans la salle de yoga, puis un étudiant de Mr Iyengars, Madhava commença à poser des questions aux deux hommes:

 

Mahdava : Quand vous deux avez commencé à apprendre le yoga, auriez-vous imaginé que cela aurait grandi de cette manière là ?

K. Patthabi Jois : Non, pas du tout. Quand j’étais jeune, j'ai vu Krishnamacharya faire une démonstration de yoga et j'étais fasciné par les postures. Le lendemain, je suis allé chez lui, me prosternant devant lui et le priant de me prendre comme élève. Il m'a parlé de façon plutôt brusque en me demandant qui j'étais, et il était plutôt intimidant. Il m'a ensuite demandé d'où je venais et qui était mon père. J'ai expliqué que je venais du village de Kaushika à cinq kilomètres de là et que mon père était astrologue et prêtre. Est-ce que je serais prompt à assister aux cours, m'a-t-il demandé - j'ai facilement hoché la tête, oui. Le lendemain, j'étais déjà en classe. Et ce jour-là ont commencé les coups (tout le monde rit!).

M: Alors pourquoi n'as-tu pas arrêté?

KPJ: Mon Dieu, comment aurais-je pu? Il y avait ce grand désir d'apprendre en moi.

M: Si j’ avais été vous, je me serais enfui tout de suite.

KPJ: Oh non, comme je l'ai dit, je voulais vraiment apprendre. Je me souviens de deux de mes amis, Garuda et un autre homme, Hassan Rangaswamy, nous apprenions tous ensemble. (A Iyengar) Tu te souviens de Garudu?

B.K.S.Iyengar: Oh, oui.

KPJ: En 1932, le Maharaja de Mysore a invité Krishnamacharya à enseigner à Mysore et il a ouvert une shala de yoga près du palais Jagan Mohan. Il y avait ce directeur de l'éducation, j'ai oublié son nom, comment s'appelait-il?… N.S Subbarao! C'est cet homme qui a payé un salaire pour Krishnamacharya et l'a envoyé dans tous les quartiers généraux du district pour enseigner et propager le yoga. Lorsque Krishnamacharya est venu au Sanskrit Pathasala en 1932, je suis allé et je me suis tenu devant lui et je lui ai rendu hommage. Il a dit "Hé, c'est toi!" J'ai dit: "Oui, Guruji, j'étudie ici." Il semblait heureux et j’ai repris ma pratique avec lui. À l'occasion, nous étions invités au palais pour faire des démonstrations de yoga - moi et mon ami Mahadev Bhatt. Une fois, ils nous ont donné un cadeau de cinq roupies et un kaccha Hanuman (sous-vêtements), et nous étions si heureux. (A Iyengar) Vous vous souvenez de cette dame d'Amérique Indra Devi? Elle venait pratiquer au yoga shala.

BKS: Oui, oui, elle a changé son nom pour Indra Devi beaucoup plus tard, n'est-ce pas?

KPJ: J'ai entendu dire qu'elle est morte récemment.

BKS: Au Brésil.

KPJ: Ahh le Brésil. Eh bien, une chose a mené à une autre et nous avons continué à pratiquer. Nous avions Mahadev Bhatt, Srinivas Achar, Ranganath Desikachar et tous.

KPJ: Oui, je me souviens de tous.

M: Vous avez gagné beaucoup plus que cinq roupies depuis, mais je suppose que les cinq roupies que vous avez obtenues du Maharaja devaient être spéciales, n'est-ce pas? Selon vous, quels sont les plus importantes, ces cinq roupies ou l’argent que vous gagnez actuellement?

KPJ: Eh bien, ces cinq roupies étaient très, très spéciales. Après avoir eu l'argent, je l'ai mis dans une malle sous une pile de vêtements. J’aurais voulu ouvrir la malle tous les jours, regarder le billet et la refermer (beaucoup de rires). Vous savez quoi, je n'avais jamais vu une roupie en entier jusque-là! (plus de rires). Eh bien c'était la vie alors…

Et ainsi de suite, l’histoire est devenue légendaire à notre époque, rappelée avec désinvolture après un bon déjeuner. Plusieurs photos des deux gourous ont été prises. Par la suite, tous se sont levés pour un autre café et, bien sûr, pour discuter de café. Il y avait un accord général avec M. Iyengar sur le fait que le café est certainement le soma rasa (le nectar enivrant de l'immortalité) du Kali yuga (l'âge actuel des ténèbres) - auquel Pattabhi Jois a ajouté: oui, et il y a tellement de marques différentes de soma rasa dans les magasins ces jours-ci! Comme l'après-midi passait rapidement, le moment était venu pour M. Iyengar de partir et la conversation revint à Krishnamacharya. 

BKS: Le crédit va, quoi que l'on puisse dire, sans aucun doute, à notre gourou - il était une mer (de connaissances), mais il n'a pas donné ce qu'il avait à nous tous. Il avait beaucoup de connaissances, mais il a juste donné un peu ici, un peu là-bas, un peu là-bas. Comme la poule ou le coq qui picore, nous avons dû picorer et prendre ses connaissances. Et nous avons appris et c'est nous qui avons réussi à devenir des exemples. Donc, mon conseil à vous tous - voyez que la lumière qui a été allumée par les élèves directs de Krishnamacharya ne s’efface pas du tout. La lumière (de ses enseignements) devrait continuer à brûler- le yoga dipa (une lampe, une lumière). Alors, continuez à pratiquer. Laissez-le brûler, brûler, brûler.

KJP: Nous avons commencé à comprendre le yoga au moment où il nous a fait rester debout dans une cour de pierre sous un soleil brulant pendant des heures!

BKS: Puis-je ajouter quelque chose? Vous devez transpirer à 100%, non seulement physiquement mais intellectuellement, alors vous savez quelque chose de yoga. Donc, 100% du corps, 100% d’intelligence. Vous devez transpirer, l'intelligence doit transpirer.

Dans ce jour si important, nous avons senti silencieusement le frisson et l'inspiration de voir ces grands hommes ensemble. Les années de l’histoire - les différences et les critiques entre leurs soi-disant «camps» de yoga semblaient être une vapeur, un nuage de brouillard intellectuel insensé qui s’est levé  quand les deux ont partagé leur café. En ce qui concerne Pattabhi Jois et M. Iyengar, ils n'étaient que de vieux frères de yoga qui se voyaient très longtemps: «1934 ensemble, 2005 ensemble. Je pense que c'est important et un privilège rare », a fait remarquer M. Iyengar.  Les différences dans la pratique, les styles, les philosophies et les opinions existent toujours - ce ne sont que des préoccupations périphériques. Le message de respect mutuel et d'amitié est au cœur des grandes traditions indiennes et dans le cœur de ces deux hommes vénérés.

Please reload

Derniers Posts

November 30, 2018

Please reload

Archive
Please reload

Recherche par Tags
Please reload

Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square